logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/04/2018

Décodez les bébés !

Decoder_bebe_un_jeu_d_enfant_c1_large.jpgUn clin d’œil à l’ami Jacques Higelin, poète et troubadour tout juste parti rejoindre les étoiles, qui en 1976 enflammait nos postes de radios avec le titre « Alertez les bébés » : l’heure est venue de « rassurer les bébés » désormais, avec deux livres et un carnet de santé revisité, qui sortent de l‘imprimerie et ont toute leur place dans nos maisons avec petits.

Le premier livre est celui du Dr Brigitte Blond, « Décoder bébé, un jeu d’enfant »  (Ed Leduc’s 2018, 15 euros) qui répond aux 150 questions les plus fréquentes que l’on peut se poser quand on est parent ou grand-parent. Fièvre, pleurs, allergie, sommeil, l’occasion de revisiter les bons réflexes qui ne sont pas forcément les mêmes qu’il y a quelques années ! Médecin généraliste, journaliste médicale et médecin de la crèche de la résidence maternelle de l’Armée du Salut à Paris, l’auteur mère et grand-mère elle-même en a vu de toutes les couleurs et sait nous rassurer et bien nous aiguiller…

9782035949622-001-T.jpgLe second livre s’adresse aux nouveaux-nés, eh oui, puisqu’il est tendance désormais chez les jeunes parents d’utiliser la langue des signes dès le berceau pour s’adresser à tous les bébés, y compris entendants, et leur permettre de communiquer avant d'avoir acquis le langage. Voici donc un « Imagier pour signer avec bébé » (Ed Larousse 2018, 12,90 euros) destiné aux 0/3 ans, pour dire avec les mains qu’il est temps d’aller au bain ou de prendre le sein ou le biberon!

Parlons enfin du nouveau carnet de santé qui arrive ces jours-ci dans les maternités. Il y est question des 11 vaccins désormais obligatoires pour les enfants nés en 2018. Dans les faits, ce nouveau calendrier est déjà suivi par la grande majorité des familles.

Nouveau aussi, les conseils en matière de sommeil : placer le lit de votre bébé dans votre chambre pour les six premiers mois au minimum, est-il écrit. Objectif : réduire le risque de mort subite du nourrisson. Le bébé doit continuer à dormir sur le dos, sans objet (cale tête, tour de lit, peluche…).

Les pédiatres l’ont ardemment demandé : un nouveau chapitre aborde l’environnement des télévisions, tablettes, ordinateurs et smartphones. C’est que les études ont désormais établi que les écrans sous toutes leurs formes captent trop l’attention des petits, retardant leurs apprentissages. Au point que certains professionnels de la petite enfance estiment que les jeunes qui s’en sortiront le mieux à l’école sont ceux qui en auront été le plus préservés. Le conseil officiel: zéro écran avant trois ans, autrement dit, c'est bébé ou la télé. Il va falloir retirer les écrans de la pièce de vie où l’enfant se trouve (même s'il ne les regarde pas) et ne pas céder à la tentation de lui glisser un téléphone dans les mains pour l’occuper durant un trajet ou un repas.   

Notons que les courbes de croissance ont été revues à la hausse, pour tenir compte de l’évolution de la taille moyenne, et sont désormais spécifiques selon le sexe, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici.  

Ne soyez pas surpris enfin si les jeunes parents n’utilisent désormais que des biberons en verre ou en plastique sans BPA (bisphénol A) : cela fait aussi partie des recommandations officielles. Oubliez le produit vaisselle : de l’eau chaude et éventuellement du savon noir ou du vinaigre suffiront, et éviteront les molécules potentiellement à risque d’être des perturbateurs endocriniens. « Protégeons les bébés »!  @Agnès_Duperrin

02/03/2018

Revue de presse junior

9782823857023ORI.jpgC1 BD qui fait du bien.jpg

9782823851922ORI.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Parler de santé avec de jeunes enfants, ce n’est pas toujours facile, et le support d’un bon livre s’avère parfois précieux. Le hasard a fait que je viens de lire en quelques jours quelques ouvrages bien faits sur des thèmes très variés qui méritent un petit coup de projecteur.

Pour les jeunes lecteurs (à partir de 8 ans), un conte venu d’Angleterre nous entraine sur les traces de Casper, un jeune garçon bien décidé à combattre l’étrange mal qui empêche son père de sourire, de travailler, de manger. Venus de la forêt voisine, des animaux doués de parole l’accompagnent dans son aventure contre Yoot, le terrible esprit du désespoir. Parfaitement déculpabilisant, plein de poésie et de sagesse et sans aucune mièvrerie, ce livre accessible dès 8 ans met en image les troubles de l’humeur avec tact et intelligence. Signé par un journaliste de la BBC, Horatio Clare, délicatement illustré par Jane Matthews, «Comment un écureuil, un héron et une chouette sauvèrent le père de Casper» est publié chez Pocket jeunesse (en librairie le 15 mars 2018, 13,99 euros).

Le second ouvrage est une bande dessinée qui s’adresse aux enfants malades. Un collectif d’auteurs (ZEP, Julien Neel, Tebo…) a rassemblé des histoires courtes porteuses d’un message positif sur la maladie, l’hôpital, les épreuves du quotidien, qui mettent en scène des enfants, des infirmières, des médecins, des frangins et des copains. Leur point commun: l’humour, la compassion, et tout ce qui aide à vivre au mieux la vie au jour le jour. Les styles graphiques sont très variés, là encore aucune mièvrerie, les histoires amusantes. Cerise sur le gâteau, les ventes sont faites au profit de l’association Imagine for Margo mobilisée contre le cancer des enfants. «La BD qui fait du bien» est publiée chez Glénat, dès 6 ans (10 euros).

Le troisième (très) beau livre fait découvrir la méditation et la philosophe zen aux enfants, rien que ça! Les illustrations, signées Charlotte Des Ligneris, sont magnifiques, le texte aéré. L’album aborde des thèmes tels que la vie, la mort, la famille, l’amitié, la peur, les jours où tout va bien et ceux où rien ne va et propose des réponses simples et inspirantes et des exercices guidés pour prendre conscience des sensations de son corps et du monde autour de nous. Pour le Dalai lama, l’auteur «nous montre l’étroite relation entre la paix individuelle et la paix sur terre». «Questions d’enfants et réponses zen», de Thich Nhat Hanh, est publié aux Éditions Pocket jeunesse (15,90 euros)

En bonus, un petit livre destiné à mieux comprendre l’univers des bébés sourds. Il a été réalisé en collaboration avec l’institut national de jeunes sourds de Paris et une maman sourde et son bébé, sur le thème du babil en langue des signes en tant que langue maternelle. Pénélope, l’auteur, a suivi durant un an l’acquisition des tous premiers mots en langue des signes du petit Lenzo de ses 1 à 2 ans. En entrant dans l’intimité d’une famille, dans la relation mère-enfant, elle a assisté à la progression d’une sorte de « babil » en langue des signes, qu’elle retranscrit mot à mot dans ce livre «Parle avec les mains». Inédit. Édition Les grandes personnes 2018 (13,50 euros). @Agnès_Duperrincouv parle avec les mains.jpg

 

 biberon.jpg

21/12/2017

De retour chez moi dès ce soir, chouette !

Otableau chirurgie ambulatoire.jpgpéré dans la journée, de retour chez soi le soir : c’est la définition de la chirurgie ambulatoire, qui sera la norme pour 70% des interventions d’ici cinq ans (54% aujourd’hui), a annoncé la ministre de la santé Agnès Buzyn. De quoi rattraper nos voisins européens et américains, certains sont déjà à près de 90%. De quoi réduire encore les complications post opératoires : moins de phlébites et de troubles respiratoires puisqu’on se remet debout plus vite, et d’infections nosocomiales. De quoi enfin éviter les syndromes de désorientation qui guettent les plus fragiles d’entre nous. J’ai rencontré le Dr Philippe Marre, secrétaire de l’Académie de Chirurgie : il applaudi des deux mains et rappelle que cette évolution est possible grâce aux nouvelles techniques qui rendent le geste plus précis et moins agressif, et à une organisation des soins repensée qui simplifie le parcours du patient. J’ai écouté le professeur Corine Vons, présidente de l’Association française de chirurgie ambulatoire m’expliquer qu’aujourd’hui, il est conseillé de boire jusqu’à deux heures avant l’opération, cela limite les troubles urinaires, et de remanger très vite,  pour éviter les nausées. Elle m’a montré les courbes des opérations ambulatoires par âge : c’est entre 50 et 82 ans qu’il s’en pratique le plus, et chez les tous jeunes enfants. Déjà, certains chirurgiens murmurent que toutes les opérations pourront être éligibles, si l’état de santé et une présence au retour le permet. Chouette !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique