logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps
Notretemps.com

Cinéma : une pépite à ne pas manquer

14/04/2014

JAff_chèvres.jpg’ai vu, j’ai aimé… Je ne vous parle pas souvent de cinéma, mais parmi les sorties de la semaine, il est un film rare à côté duquel ne pas passer, si vous aimez les belles histoires de vie, de partage et de bons mets. Surtout si un bon fromage vous fait saliver… Cette pépite s’appelle « Les chèvres de ma mère », et son titre dit déjà qu’il y est question de chèvres, ces biquettes auxquelles Maguy ne pensait pas autant s’attacher lorsqu’elle est arrivée sur un plateau des gorges du Verdon, au lendemain de Mai 68. Elle fait partie de ces femmes qui ont quitté la ville alors, pour vivre plus près de la nature, dans des conditions pour le moins rudimentaires. Ainsi a-t-elle appris à maîtriser le métier d’agricultrice spécialisée dans l’élevage, passionnée du fromage bien fait grâce au lait de biquettes bien traitées. A ceux qui en douteraient, l’industrie n’a pas encore mis la main sur toute la production agroalimentaire. Tant mieux !


Il se trouve que la fille de Maguy s’est un jour éloignée de la ferme pour se tourner vers le cinéma. C’est elle qui signe ce film intimiste, et qui nous fait entrer dans l’univers magnifique et difficile de Maguy, la mère à qui elle rend hommage aujourd’hui. Magnifique par la simplicité des relations, la splendeur des paysages, le goût du travail bien fait, le respect de la nature, le sentiment de liberté. Difficile par les charges à porter, les réveils au petit matin, le froid durant les longs hivers et le déchirement de devoir se séparer chaque année d’une partie du troupeau.

On le sent, Maguy se tient devant la caméra de Sophie comme elle est devant Sophie sans caméra. Un cadeau pour le spectateur, qui vit avec elle une étape clef de sa vie : la transmission de son troupeau à Anne-Sophie, une jeune agricultrice, condition indispensable pour solder sa retraite. Une passation de relais délicate affectivement, administrativement, matériellement. La réalisatrice réussit à raconter cette histoire de vie en conjuguant tendresse, rugosité et réalisme, sans complaisance ni mièvrerie. Elle nous offre une sorte d’hymne aux bons produits de la nature, au parler-vrai, à la transmission du savoir-faire et des valeurs qui ont animé Maguy durant sa vie professionnelle… et une furieuse envie de goûter ses fameux fromages de chèvres. Le service de presse a eu la bonne idée d’offrir une dégustation en fin de projection... Un délice !

"Les chèvres de ma mère", de Sophie Audier, sortie le 16 avril dans une cinquantaine de salles.




50 femmes journalistes s'engagent pour le cœur de femmes : j'ai signé!

07/04/2014

20140403_143350.jpg50 femmes journalistes santé s'engagent aux côtés de la Fédération française de cardiologie. J'ai signé ! Et plusieurs journalistes de Notre Temps dont vous connaissez sans doute les signatures aussi: en bas à gauche, c'est moi; en vert voilà Marie-Christine Colinon, et en mauve Rica Etienne...


50 car la fédération fête cette année ses 50 ans.


Femmes parce que leur situation est inquiétante depuis des années et que ça ne s'arrange pas, au contraire : les femmes meurent en France dix fois plus d'un problème cardio-cérébro-vasculaire (infarctus, AVC...) que de cancer du sein, et on en parle bien moins. Pire: alors que la proportion d'hommes souffrant de troubles cardio-vasculaires diminue (-8% entre 2002 et 2008), celle des femmes grimpe en flèche: + 18% sur la même période pour les femmes entre 45 et 54 ans!


Journalistes car pour sauver des vies, il faut diffuser l'information. Expliquer que les femmes sont touchées pour des raisons hormonales et sociales, surtout depuis qu'elles fument, stressent et deviennent de plus ne plus sédentaires, comme leurs compagnons. Et elles paient le prix fort. Car une fois malades, elles seront moins bien dépistées, et pas seulement parce qu'elles se plaignent moins. Les symptômes de l'infarctus, par exemple, sont un peu différents : serrement de poitrine mais aussi signes digestifs, essoufflement d'effort, palpitations, qui doivent encourager à pratiquer un dépistage coronaire, surtout en présence de facteurs de risque (tabac, antécédents familiaux ou personnels, hypercholestérolémie, diabète, surpoids...) Les médecins n'y pensent pas toujours.

Les sociétés savantes, aux Etats-Unis, en Europe et en France, le reconnaissent: même avec des symptômes aussi inquiétants que ceux décrits par un homme, le médecin risque de  trouver la femme seulement fatiguée ou angoissée. Et de perdre du temps précieux avant de mettre en place un traitement. Cela commence par un changement de style de vie (reprendre une activité physique, stabiliser son poids, devenir non fumeur...), et souvent des médicaments. Une fois dépistée, la femme sera moins facilement bien suivie, bénéficiera moins facilement d'une réadaptation après un infarctus qu'un homme...

Bref, à tous les niveaux, de la mise en place d'une première contraception à la ménopause en passant par la grossesse, le cœur des femmes a besoin d'être protégé. C'est que qu'explique la Fédération de cardiologie sur son site et lors de ses conférences. C'est ce que nous disons aussi régulièrement dans Notre Temps. Voilà pourquoi j'ai signé!

AVT_Regine-Deforges_6688.jpgPS: une pensée pour la féministe Régine Deforges, qui nous a enchanté notamment avec sa "Bicyclette bleue", qui vient d'être emportée à 78 ans... par une crise cardiaque.




Les belles rencontres du Salon des Seniors, du 3 au 6 avril à Paris

03/04/2014

107510-le-salon-des-seniors-2014-a-paris.jpgUne collègue de la rédaction, Florence Monteil, arrive tout juste du Salon des Seniors organisé par Notre Temps, Porte de Versailles à Paris depuis ce matin jeudi 3 avril jusqu’au dimanche 6 avril. Le sourire aux lèvres, comme très souvent, et avec à la main un numéro du magazine de la Fédération Française des Groupements de Parkinsoniens. Elle a rencontré un homme sympathique que j'ai interviewé il y a… 12 ans ! Ou plutôt, c'est sa femme, Annick, qui m’avait confié comment la maladie de Parkinson lui était tombée dessus, et surtout où elle avait trouvé la force de reprendre le cours de sa vie. Lui, Marc, son époux, était déjà une aide précieuse et un mari attentionné. Il était là, ce matin, au Salon des Seniors, racontant comment son épouse tient son cap, avec le moins de traitements médicamenteux possibles, et toujours pleine d’entrain. Voilà la preuve vivante que l’amour et un bon moral sont des ingrédients efficaces dans cette maladie.  

Je me suis plongée dans mes archives, et j’ai retrouvé le témoignage d’Annick, magnifique, bouleversant. Je vous l’offre, dans une seconde, juste le temps de vous donner rendez-vous Porte de Versailles, à Paris.

J'y serai demain et samedi, pour animer deux conférences santé. Une bonne occasion de se rencontrer ! Rendez-vous demain vendredi, à 14h25, dans la grande salle de conférence: "Arthrose : peut-on se passer de médicaments ?" Le Dr Gérard Chalès, du CHU de Rennes, répondra à toutes vos questions sur le sujet. Samedi, à 12h35, dans la même salle, je recevrai le Dr Sylvain Mimoun pour parler de "sexualité, les recettes d’une bonne entente après 50 ans".

Annick et Marc y seront peut-être. Vous aussi ? Au plaisir de vous rencontrer !

Dans un témoignage bouleversant confié à Notre Temps en avril 2002, Annick Dufour lançait un cri d’espoir : à force de courage et de volonté,  on peut changer le cours de la maladie. Annick, 59 ans, malade depuis 18 ans affirmait alors : « J’ai appris à défier la maladie ! »

lire la suite




Du flair ! histoire d’avoir le nez fin…

31/03/2014

smell.jpgUne étude publiée dans la revue Science révèle que le nez humain peut repérer 1 000 milliards d’odeurs, rien que ça ! « Avec un peu de bon sens, chacun savait que le nombre de 10 000 odeurs, chiffre admis jusqu’ici, était risiblement petit, mais le chercheur Andreas Keller, de l’Université de Rockefeller’s (Etats-Unis), est le premier à l’avoir prouvé scientifiquement ». C’est peu dire qu’on jubile au Laboratory of Neurogenetics and Behavior, qui vient de démontrer l’étendue de nos capacités olfactives : il serait possible de distinguer jusqu’à 1000 milliards d’odeurs. Moi, ça me fait rêver... Quand je mesure la difficulté à déterminer, avec une boite de macarons à divers parfums, lequel correspond à quoi...

Des tests menés sur des volontaires et consistant à faire humer des mélanges d’odeurs ont permis de valider la démonstration, nous dit-on. Nos capacités olfactives, pour peu que nous y prêtions attention, sont extraordinaires. Nous serions capables, avec un peu d’entraînement, de repérer de nombreux composants dans une seule odeur. Ainsi, le parfum caractéristique de la rose comporte 275 composants, mais nous n’en percevons qu’un petit pourcentage.

Les chercheurs estiment qu’en adoptant la position debout, l'homme s'est éloigné du sol, alors que c’est à terre que se trouvent de nombreuses odeurs. L’utilisation d’outils comme les réfrigérateurs, ou encore nos nouvelles habitudes d’hygiène, et notamment le passage fréquent sous la douche, ont également contribué à limiter notre entraînement. On ne parle même pas du tabac. Cela explique sans doute que la vue et l’audition ont pris plus de place dans nos vies que l’olfaction.

A Nantes, le service ORL du CHU vient d’ouvrir une consultation d’olfactométrie destinée à évaluer les troubles de l’odorat. Parce qu’il arrive de perdre l’odorat, totalement ou partiellement, après un traumatisme ou une maladie (grippe, rhume, allergie...), et « qu’on ne sent pas bien quand on sent mal ». Sans compter que cela peut faire passer à côté d’une odeur de brûlé, de gaz, ou d’un aliment avarié...

La consultation propose une série de tests pour mesurer l’atteinte de l’odorat, et repérer ce qui relève simplement d’une diminution de la perception des odeurs (par exemple, en cas d’obstruction nasale). En cas d’anosmie – perte totale de l’odorat touchant 5% de la population –, notamment après une grippe ou un traumatisme crânien, des examens complémentaires permettent de vérifier l’absence de pathologies plus lourdes comme la maladie de Parkinson ou le diabète. Objectif: retrouver au moins quelques-unes de ces mille milliards d'odeurs, et si possible les plus douces!

 




Portraits de frigos

18/03/2014

1.jpgMontre moi ton frigo, je te dirai qui tu es… Olivier Degorce est artiste plasticien, musicien, auteur compositeur et fan de cuisine bio.

Il est aussi un photographe persévérant et imaginatif. Il y a vingt ans, il a commencé à photographier… les intérieurs de réfrigérateurs. Ceux de sa famille, de ses amis, des amis de ses amis, des studios où il travaille. Original.

« Quand j’ai montré mes photos, je me suis rendu compte qu’elles faisaient beaucoup réagir. Nous avons une relation très intime à notre frigo, ce qu’on y laisse, son niveau de rangement, son état de propreté… Les choses ont d’ailleurs évolué en vingt ans, la façon d’emballer les aliments notamment, nous sommes plus respectueux de l’hygiène ».

Ses « portraits de frigos » ne sont pas datés et le nom de leur propriétaire reste secret, chacun reconnaîtra le sien. Ils sont désormais rassemblés dans un livre, dont voici quelques extraits. Avec l’idée que le lecteur trouvera « frigo à ses habitudes », à l’image de son mode de vie.

Le frigo d’Olivier Degorce s’y trouve d’ailleurs. Un indice : il n’a pas toujours photographié en numérique….

FRIDGE FOOD SOUL (édition limitée), Éditions Dimensions Variables 2014. En vente en librairies des lieux culturels, supermarchés, magasins bio et vente directe sur www.olivierdegorce.fr 15 x 21 cm, 48 pages, 12€

8.jpg

 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  5.jpg

 

 

6.jpg 

 

 

7.jpg




A la vôtre !

12/03/2014

fotolia_28539972_s.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il paraît que le seul fait de boire un grand verre d’eau contribue à protéger nos reins. Voilà l’un des conseils mis à l’honneur tout au long de cette semaine du rein et particulièrement le jeudi 13 mars, journée mondiale du rein. Facile !

On y apprendra aussi à se concocter des menus protecteurs, à se méfier du tabac, de l’excès de sel, des régimes hyperprotéinés, et de l’automédication. Le thème cette année : « Mes reins, j’y tiens : prévenir et ralentir le vieillissement du rein »…

 




Mars bleu pour les quinquas et plus

11/03/2014

Cimg_depistage-cancer-colon-ADOC11.pngomment attirer l’attention sur un sujet qui donne envie de parler d’autre chose ? Je tente ma chance avec une  devinette : je suis le troisième cancer le plus fréquent et le deuxième le plus meurtrier. Et pourtant, détecté tôt, je guéris dans neuf cas sur dix. Qui suis-je ? Le cancer colorectal, un cancer agressif quand on le laisse se développer. Est-ce en raison de sa localisation que le tabou autour de cette maladie persiste ? Peut-être. Pour faire bouger les choses, une mobilisation joliment nommée « Mars bleu » invite les personnes à risque à se faire dépister tout au long du mois de mars.

Qui est concerné ? Autant les femmes et les hommes dès 50 ans, invités dans le cadre d’un programme de dépistage organisé, que les personnes à risque: antécédent familial ou personnel de la maladie, présence de polypes ou de maladie inflammatoire chronique de l’intestin. Mais aussi en cas de présence de sang dans les selles, de douleurs abdominales ou de troubles du transit récents et persistants, ou encore d’un amaigrissement inexpliqué.

Bonne nouvelle, le test immunologique, plus fiable que la précédente technique, a reçu un avis favorable de la Haute Autorité de Santé et est de plus en plus utilisé. Son utilisation est si simple qu’elle devrait faire tomber les dernières réticences : le bouchon du tube est relié à un bâtonnet porte-tampon à appliquer directement sur la selle sans besoin de prélever le moindre fragment. Un geste simple, pour 90% de guérison… tentant !    

Pour en savoir plus, les explications des chercheurs de l’Institut Gustave Roussy de Villejuif...


 

 

 




 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique