logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/08/2013

1ère mondiale au Chu de Lyon: Cocorico!

 

IMG_3063.JPGIl y a ceux qui rentrent de vacances, comme moi (d’où ce long silence...), et ceux qui, aux heures les plus chaudes de juillet, ont continué à réaliser des exploits. Le professeur Philippe Paparel, chirurgien urologue spécialiste du traitement des cancers du rein au centre hospitalier Lyon Sud, vient de me raconter comment, avec son collège François Golfier, chirurgien gynécologue il a mené la première ablation d’un rein par voie vaginale en ambulatoire. Opérée le matin, de retour à la maison le soir même !

 Deux patientes françaises viennent de bénéficier de cette opération qui répond aux critères de plus en plus mis en avant en chirurgie : une intervention réduisant au maximum le séjour à l’hôpital, limitant les risques de complications, favorisant un rétablissement le plus rapide possible. C’est le souhait des patients, et aussi celui de l’Assurance maladie, qui y puise de conséquentes économies.

Ici, l’ablation du rein a été réalisée par coelioscopie, c’est-à-dire en passant les instruments par de minuscules incisions dans la paroi abdominale.

IMG_3068.JPGLe chirurgien est intervenu en manipulant à distance un robot chirurgical, pour plus de précision. Le rein, organe grand comme une main, est ensuite évacué par voie vaginale. Avantages : pas de cicatrice, pas de sonde urinaire, pas de drain, donc un risque d’infection réduit. Cette intervention est proposée depuis quelques temps déjà aux patientes souffrant d’une malformation d’un rein, ou d’une tumeur.

La nouveauté, c’est qu’elle est si bien supportée, et les douleurs opératoires tant réduites, qu’il est désormais possible de rentrer chez soi le jour même ! Cette chirurgie ambulatoire protége des infections nosocomiales « attrapées » à l’hôpital. Mieux : l’absence de douleur évite le recours à la morphine, qui laisse vaseux et fatigue l’organisme. Pour mémoire, avec les autres techniques les patients devaient rester jusqu’ici trois à huit jours hospitalisés. La technique, proposée  sans limite d’âge, devrait être disponible d’ici peu dans les centres équipés, comme à Lyon, d’un robot chirurgical, notamment au Centre Européen Georges Pompidou (Paris), à Nice et à Besançon.

DSCN1178.JPGIl ont mérité leurs vacances,

le Pr François GOLFIER (à gauche avec les lunettes),

et le Pr Philippe PAPAREL !

Commentaires

bonjour à toutes, et, tous, oui c'est plus que fooormidable ce qu'ont réalisé ces oh, je ne trouve pas de qualificatif, pour nous humble mortel, peut-être futur client de ces savants
je vais prêcher pour ma paroisse, à savoir que ce serait aussi fooormidable, si l'un de leurs collègues, pouvait découvrir comment nous libérer de nos acouphènes. cordialement

Écrit par : weltman | 05/09/2013

bonjour , moi non plus je ne trouve pas de mots pour temoigner mon admiration pour ces hommes et femmes qui font avancer les pratiques chirurgicale pour les rendre moins invalidentes , avec moins de risques et revenant moins cher a la societe ( ça compte aussi ) .
il faut que ça se generalise rapidement
cordialement

Écrit par : fifi | 16/02/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique