logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/04/2015

Pas de poison dans mon jardin !

Qimages.jpguand nos enfants auront notre âge, les plus indulgents s'étonneront du temps qu'il nous aura fallu pour changer nos petites habitudes. Voyez l'exemple du jardinage : il continue à se vendre tant d'engrais, désherbants et autres traitements chimiques alors que les preuves de leur toxicité sur la santé humaine, les abeilles et l'environnement s'accumulent... Les experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), strictement indépendants de l'industrie, viennent de classer trois nouveaux pesticides « cancérogènes probables », dernier stade avant « cancérogène certain ». Parmi eux, le glyphosate, principal ingrédient du Roundup de Mosanto et herbicide le plus utilisé au monde y compris en France, dans nos champs et nos jardins, qui augmente le risque de lymphome non hodgkinien (cancer du sang).

Les pesticides sont reconnus maladie professionnelle pour les agriculteurs, aujourd'hui c'est un laborantin de l'Inra en lutte contre un cancer qui demande cette reconnaissance après avoir passé des années à manipuler ces substances. Un poison, je vous dis! Heureusement il existe des solutions biologiques pour faire pousser nos salades et soigner nos fruitiers. Certaines enseignes de jardinage (comme Botanic) ne proposent même que cela. Bien avant que nos enfants atteignent notre âge, ils se seront régalés sans risque de ces fruits et légumes parfois "moins joli mais vraiment exquis", comme le revendique la campagne assurant la promotion des aliments moches si sympathique!

Intermarche-contre-gaspillage-alimentaire-campagne-fruits-legumes-moches-F.jpgob_aed477_pub-intermarche-fruits-legumes-moches-orange.jpgob_b9ab2a_pub-intermarche-fruits-legumes-moches-pomme.jpg

gueules-cassees-legumes.jpg

 

Commentaires

Chère Madame Duperrin

Dans votre énumération des dangers signalé par le CIRC, vous avez omis de signaler que les pesticides et en particulier le Glyphosate ont été classé « cancérogène possible » dans la même catégorie que le café et les téléphones portables !
Depuis 40 ans que le Glyphosate est commercialisé, il y a eu des centaines d’études sur sa toxicité, et aucune n’a confirmé le risque de cancer de ce produit
En 2014 l’agence Allemande BfR a évalué la toxicité du Glyphosate pour la commission européenne elle a conclue tout comme les travaux de Greim et al en 2015(sur 9 études sur rats et 5 sur souris) a aucune association entre cancer et glyphosate .
Pour son communiqué le CIRC a retenu des études ( Bologne et al 1997 Peluso et al 1997) dans le cadre desquelles du glyphosate a été directement injecté dans l’abdomen des souris à des doses proches de la dose létale . Etudes certes intéressantes du point de vue théorique, mais éloigné de ce qui se passe dans le monde réel .

Écrit par : bocaorne | 16/04/2015

Merci de votre commentaire.
Une précision cependant: les études du CIRC ont décelé avec ces produits un risque accru de cancer sur les jardiniers et les agriculteurs et cite «des études cas-témoins d’exposition professionnelle en Suède, aux Etats-Unis et au Canada qui démontrent des risques accrus de lymphome non hodgkinien ». Sur les animaux, les études recensent ces dommages chromosomiques, un risque augmenté de cancer de la peau, de cancer du tubule rénal et des adénomes de cellules pancréatiques. Suffisamment inquiétant pour que le glyphosate rejoigne la liste 2A cancérigène probable (et non pas 2B cancérigène possible) aux côtés de la chlordécone et des vapeurs d'essence. L'acide caféique, co-facteur potentiel du cancer de la vessie, est lui classé 2B.

Écrit par : Agnès Duperrin | 20/04/2015

Merci Madame Duperrin pour votre réponse documentée .
Agron Blair président du groupe d’experts du Circ a précisé que l’avis ne reposait que sur 3 études épidémiologiques que vous citez. Le CIRC ne disposant d’aucune preuve définitive pour conclure à la cancérogénité du glyphosate chez l’homme ; ses experts ont donc opté pour la classification « cancérigéne probable »
Agron Blair précise que son comité n’a fait que répondre à une question précise : est ce qu’une substance possède des mécanisme pouvant dans certaines circonstances et à un certain niveau d’exposition être lié à des types de cancers particuliers . Le CIRC a identifié une source (« probable ») de cancer, mais il ne rentre pas dans ses attributions de quantifier le risque qui lui associé . Ajoutant que la preuve de carcinogénicité du glyphosate pour les humains était limitée

Concernant le classement en catégorie 2A il correspond aux substances pour lesquelles il existe des preuves suffisantes de cancérogénicité en laboratoire, ainsi que des indices de cancérogénicité chez l’homme, sans preuve suffisante.

Sauf erreur le CIRC a retenu une étude de Ros et al. parue en 2003, mais pas une étude ultérieure du même auteur parue en 2005 portant sur plus de 57000 utilisateurs du glyphosate : selon celle-ci, l’exposition au glyphosate n’était pas associé avec l’incidence du cancer , toutes catégories confondues. Un seul lien significatif était signalé pour les myélomes multiples, qui représentaient moins de 2% des cancers diagnostiqués. L’exposition au glyphosate ne provoquera probablement pas de cancer. Peut-être qu’elle augmentera le risque de 1/10 000 000, mais cela ne suffit pas à rendre ce danger significatif

Mais bien sûr lorsqu’il s’agit de santé l’émotionnel emporte sur le rationnel d’ou le catastrophisme des médias

Écrit par : bocaorne | 20/04/2015

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique