logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/05/2016

La recherche, les parrains et nous ! La Fondation pour la Recherche Médicale se dévoile

Frise parrains.jpgQuel est le point commun entre Marina Carrère d’Encausse, Thierry Lhermitte, Nagui, Marc Levy, Julie Depardieu ou encore Elsa Zylberstein ? Ils ont tous choisi de dire oui à la Fondation pour la recherche médicale (FRM) qui organise, du lundi 30 mai au dimanche 5 juin 2016, la 8e édition de ses Journées nationales. Des Fondations ou associations qui soutiennent les chercheurs, il en existe beaucoup, mais celle-ci a la particularité de ne pas faire de jaloux. Les équipes qu’elle soutient, encourage et valorise, travaillent dans le domaine des cancers, des maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson…), cardiovasculaires, infectieuses, ou encore des maladies rares… Le critère de sélection, c’est la qualité des travaux des chercheurs. Les demandes sont évaluées par des comités scientifiques constitués de chercheurs de haut niveau. Seuls les projets les plus innovants et les plus prometteurs sont financés.

On retrouve la FRM parmi le soutien de plusieurs des chercheurs que nous avons mis en avant dans notre série « Les petits Mozart de la médecine » depuis début 2016. À chaque rencontre, là, dans les laboratoires dont nous vous révélons les coulisses, nous sommes émerveillés par la ténacité et l’intelligence des équipes que nous rencontrons. Par leurs succès aussi ! Patrick Collombat en dompteur de diabète, Marc Humbert et son flair contre l’hypertension artérielle pulmonaire, ou encore Hélène Amiéva sur la piste d’Alzheimer… et bien d'autres à venir, mais chut, c'est encore un secret!

En 2015, le nombre des demandes de bourses reçues dans le cadre du programme "Espoirs" de la FRM était de 1435, soit 38% de plus qu’en 2014. Pour faire face à ces besoins, la FRM prévoit, en 2016, d'engager 50 millions d’euros en faveur de la recherche, soit 6 millions d’euros de plus qu’en 2015. D’où cette nouvelle campagne de mobilisation et d’appel aux dons !   

La Fondation pour la recherche médicale a été créée il y a 69 ans. Elle soutient plus de 750 équipes de recherche. Elle est reconnue d’utilité publique et membre du Comité de la charte du don en confiance et reçoit le soutien régulier de 350 000 donateurs.   

19/04/2016

10 cartes à jouer contre les intoxications alimentaires

Une  toxi-infection, c’est une expérience pas drôle du tout, qui peut virer au cauchemar, surtout pour les personnes en convalescence ou de santé fragile. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, l'Anses, a conçu dix cartes parfaitement explicites pour nous aider à nous protéger. Prudence renforcée dès qu'il fait chaud! L’agence précise qu’une intoxication sur trois a lieu à la maison (eh oui), et que la cuisine est le lieu où les micro-organismes toxiques se régalent le plus. C’est donc là qu’il faut les traquer ! À chacun de repérer ses points d’effort…1RecoOK.png2RecoOK.png3recoOK.png4recoOK.png5recoOK.png6recoOK.png7recoOK.png8recoOK.png9recoOK.png10recoOK.png

14/12/2015

Un air moins pollué = moins d'Alzheimer?

LIMG_0709.JPGIMG_0663.JPGa COP21 est l'occasion de mettre des coups de projecteurs sur les travaux des chercheurs mobilisés sur les liens entre environnement et santé. Nul ne nie ces liens désormais, l’OMS estime par exemple que 7 millions de personnes meurent de maladies respiratoires - très liées à l’air respiré - chaque année. Encore faut-il les mesurer pour en connaître l'ampleur.

J'étais invitée à bord du ballon captif installé au bord du périphérique à Paris qui donne à tous les Parisiens une indication en temps réel du niveau de pollution à proximité des axes routiers de la capitale (symbolisés par des petites voitures dessinées sur l’enveloppe du ballon gonflé d’hélium) et de l'air ambiant général (symbolisé par des monuments historiques). Vert, c’est tout bon. Plus ça vire au rouge, plus ça craint. Depuis 2008, il suffit de lever le nez dans le ciel si on passe dans l’Ouest parisien pour connaître la qualité de l’air que nous respirons.

Ce ballon est unique au monde, fruit du partenariat entre la ville de Paris, Air Parif, l'assureur Generali, les chercheurs du CNRS et le fabricant d'instruments de mesure Environnement SA. Dans quelques semaines, l'ozone, substance au pouvoir particulièrement irritant sur les bronches, sera également mesuré sur le site du ballon.

Alors que sait-on de l'impact de la qualité de l'air sur la santé? Eh bien les études ont de quoi faire grimacer. Un air pollué attaque nos poumons, logique, mais aussi notre cœur, car les particules toxiques - particules fines, ozone, oxydes d'azote - se glissent dans le sang et voguent dans le corps. Deux études médicales révélées lors de la COP21 ont également démontré l'impact sur les maladies du système nerveux central et les maladies neuro-pathologiques. On parle ici de la maladie d'Alzheimer et de l'autisme entre autres. L’étude suédoise révèle une corrélation nette entre pollution de l’air et fréquence des démences. L’étude américaine note que plus l’air est saturé en carbone noir, polluant lié au transport routier et aérien comme les particules fines, moins les performances en mémoire, attention, langage etc sont bonnes. L’explication, schématiquement, serait que ces toxiques passent la fine barrière entre le sang et le cerveau appelée barrière hémato-encéphalique, et créent une inflammation dans le cerveau favorisant la maladie.

Une raison de plus de prendre son vélo, ses pieds ou les transports en commun pour se déplacer, de baisser un peu le chauffage, de préférer les aliments de saison et de proximité, bref de faire tout ce qui est à notre portée pour améliorer l’air que nous respirons, comme nos enfants et nos parents, et de concrétiser ainsi l'accord signé lors de la COP21!

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique