logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/11/2015

Le retour en grâce des graisses

Vfotolia_61104524_xs.jpgous aimez le beurre et le fromage ? Bonne nouvelle, vous allez pouvoir continuer à en consommer l’esprit tranquille ! Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, et n’affirmez pas à votre médecin que je vous ai conseillé d’enfiler les tartines généreusement garnies. Non. Simplement, je rentre de la Conférence européenne de nutrition à Berlin, qui confirme le mea culpa des médecins. Ils le reconnaissent aujourd’hui, la diabolisation des graisses depuis trente ans a été pour le moins excessive.

« Ce qui nous a mis la puce à l’oreille, c’est que la diminution de consommation des lipides s’est accompagnée d’une hausse de l’obésité. Preuve qu’en alimentation, les choses ne sont pas si simples…» a expliqué le Pr Philippe Legrand, spécialiste de nutrition humaine à Rennes. Il ajoute, avec un bon sens évident, que c’est le total de l’énergie non dépensée qui est responsable du surpoids. Or certains aliments qui semblent « de base » à certaines personnes sont si riches en énergie qu’il faudrait beaucoup beaucoup beaucoup bouger pour les éliminer, suivez mon regard, c’est le cas notamment des boissons sucrées et des aliments de grignotages. Le rapport avec les graisses ? J’y reviens, mais gardons déjà en tête que consommer moins de graisses, c’est consommer plus de sucres dans la majorité des cas, l’homme et la femme sont ainsi faits… Or ces sucres-là se stockent dans le tissu adipeux d’où il est ensuite bien difficile de les faire sortir…


Revenons à notre gras. Contrairement à ce qui nous a longtemps été expliqué, on sait aujourd’hui que les acides gras saturés ne constituent pas une famille homogène. Les acides gras à chaîne courte par exemple, sont vite utilisés par l’organisme et quasiment pas stockés dans le foie. Ils sont donc sans impact sur le taux de cholestérol, certains de ces acides gras le font même baisser. Ils sont présents dans la matière grasse du lait entre autres. Aucune raison de les bouter hors de notre assiette ! À l’inverse, mieux vaut consommer avec modération un autre acide gras, l'acide palmitique (dans les viandes et les aliments industriels à l'huile de palme). Le Pr Jean Ferrières, chef du service de cardiologie préventive au CHU de Toulouse et responsable pour la France de l’étude MONICA confirme : « Les acides gras saturés ne devraient pas être systématiquement associés à un risque cardio-vasculaire élevé, mais considérés comme faisant partie d’un régime alimentaire équilibré ». MONICA (MONItoring of trends and determinants in CArdiovascular diseases) est un réseau international piloté par l’Organisation Mondiale de la Santé qui cherche à identifier les causes des maladies cardio-vasculaires dans le monde.
Un retour en grâce des acides gras saturés, donc, à condition d’en consommer des quantités raisonnables, adaptées à l’activité physique de chacun. Dans l’assiette, ça donne la possibilité de manger chaque jour en moyenne 20 grammes de beurre, 50 à 60 grammes d’huile (colza, olive…), un yaourt, 200 ml de lait ½ écrémé, une part de fromage, et 120 à 130 grammes des protéines animales (poisson, viande, œufs). Alors que les viandes transformées viennent d’être classées cancérigènes par une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ne plus diaboliser les graisses, c’est une bonne nouvelle, non ?  

06/10/2015

Ecœurée… et rassurée : deux histoires vraies

Uautocollant-handicape-1-copie-298x300.jpg5_conseils_pour_conserver_ses_medicaments_cet_ete.jpgne fois nest pas coutume, je voudrais partager aujourdhui deux anecdotes liées à deux histoires qui viennent de m’être racontées.

La première ma véritablement écœurée. Elle me vient dune amie handicapée, reconnue comme tel, qui bénéficie donc dun macaron à poser sur son pare-brise afin de pouvoir utiliser les places réservées pour des personnes comme elle, à proximité de chez elle. Voilà quun jour, elle retrouve son pare-brise explosé, et fffuuuittt, plus de carte handicapé. Elle rage, bien sûr, et encore plus lorsque la mésaventure se reproduit quelques temps plus tard : disparu à son tour le nouveau macaron. Et puis la carte est retrouvée, au milieu de plusieurs autres. Comme elles sont nominatives, il est facile de savoir à qui elles appartiennent. Le fait de les retrouver groupées indique quil sagit dun trafic, expliquent les policiers à mon amie. Elles se négocieraient 500€lunité. Honte à ceux qui volent ce qui permet dadoucir la vie de personnes pour qui se déplacer est compliqué et fatigant, et double honte à ceux qui achètent ces cartes et rendent ce commerce possible. « Tu veux prendre ma place ? Prends mon handicap », disait une campagne de sensibilisation au handicap. Toujours dactualité, hélas

Ma seconde histoire, elle, a de quoi mettre le sourire aux lèvres pour toute la semaine. Racontée par sa petite-fille ravie, cest celle dune dame de 90 ans passés, bloquée chez elle dans un lit médicalisé, en total perte dautonomie en raison dune accumulation de problèmes de santé. Voilà quun nouveau médecin généraliste passe ses ordonnances au crible, taillant à la hache dans la liste bien trop longue des multiples traitements prescrits. Et miracle ! À la dernière visite, ma cousine et sa grand-mère reprennent un vrai dialogue : la dame nest plus confuse, elle a repris des forces et de la conversation et dit avoir limpression de sortir de plusieurs années de brouillard. Elle parle même dune sensation de « coma ». Cest lillustration parfaite des recommandations des autorités de santé, la démonstration que: « prescrire moins et prescrire mieux » apporte une vraie qualité de vie ! Passez le message ! 

28/09/2015

Prix Paroles de patients 2015: c’est reparti !

PrixParoles20152-1100x388.png

Notre Temps est à nouveau partenaire cette année du Prix Paroles de patients, qui rassemble des livres – romans, bandes dessinées, romans graphiques, biographies, essais… - abordant le thème du vécu de la maladie ou du handicap. Un genre littéraire qui a trouvé sa place dans les librairies et dans le cœur des lecteurs. Chaque année, le nombre de candidats pouvant prétendre à ce prix augmente. Dix livres sont en sélection, et pour les avoir lus cet été avant de retrouver les autres membres du jury pour déterminer l’élu de l’année, je confirme qu’ils sont tous instructifs, émouvants et bien écrits. On continue longtemps à cheminer avec leurs auteurs une fois le livre refermé... Le prix sera remis le jeudi 15 octobre au soir. Que le meilleur gagne ! La sélection est à retrouver sur le site parole de patients.

Autre prix qui s’adresse cette fois aux auteurs n’ayant pas (encore) publié, le Prix Talents de patients  permet à chacun (vous par exemple) de témoigner de son expérience de la maladie via une vidéo, des photos, un blog, un poème, une chanson ou toute autre forme d’expression. Parce qu’être confronté à la vie, à la mort, à la perte d’autonomie, ou tout simplement secoué par une maladie grave ou un handicap modifie souvent radicalement notre vision de la vie. Cela débouche parfois sur l’envie de créer, quelle que soit la forme de cette création. Les inscriptions sont ouvertes toute l’année, et pour la sélection 2015 jusqu'au 10 octobre 2015 en cliquant ici

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique