logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/08/2015

Soignés par des langoustines !

Alangoustine-seule.jpgurais-je ouvert le message aussi vite s’il n’avait pas été envoyé par l’Institut Pasteur de Lille? Pas sûr. Quoi que, au cœur de l’été, quand on aime les fruits de mer, ce type d’information insolite donne envie de s’y arrêter! Jugez plutôt: la réintroduction de langoustines dans les fleuves africains permet de lutter contre la bilharziose, une maladie parasitaire mortelle. C’est la découverte que vient de faire le centre de recherche biomédicale sénégalais « Espoir pour la santé », dirigé par le Dr Gilles Riveau du Cnrs-Institut Pasteur de Lille, qui mène l’expérimentation avec des équipes américaines de Stanford.

La bilharziose est la maladie parasitaire la plus répandue au monde après le paludisme. Elle est présente en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud et dans l’est de l’Asie. 600 millions de personnes y sont exposées à l’occasion d’une simple baignade ou en marchant dans l’eau des lacs et des rivières contaminées. Une maladie grave: près de 300 000 personnes en meurent chaque année. Le coupable: un petit ver d’eau douce qui se multiplie dans des escargots avant d’être libéré dans l’eau et de contaminer le système sanguin en pénétrant par la peau.

Voilà que les chercheurs ont découvert que certaines langoustines d’eau douce sont des prédateurs naturels des escargots. En 18 mois, la réintroduction de langoustines dans les rivières infestées a permis une diminution de 50% des personnes contaminées et une réduction de 80% du nombre des escargots infectés par les parasites. Bien plus efficace que les médicaments, constatent les chercheurs ! Mieux, il semblerait que les langoustines, même infectées, soient consommables. Autrement dit, elles apporteront d’un même coup la santé et de quoi manger (ou du travail) aux populations, souvent pauvres, de ces pays… Charmants crustacés !

03/07/2015

De mèche contre le cancer

Silene_cheveux.jpegC’est un web-documentaire qui mérite le détour. Il vient d’ailleurs de recevoir le Prix Santé Citoyenneté 2015 et c’est mérité, autant par l’originalité de son sujet que par la qualité de sa réalisation. "De mèche contre le cancer" nous propose une jolie promenade au fil d’une natte le long de laquelle nous découvrons le projet d’une association belge qui récolte des dons originaux. Ici, ce ne sont pas des euros mais des cheveux qui sont offerts et rassemblés pour soutenir les malades de cancer et leur permettre de s’équiper en perruque sans se ruiner. Car au tabou de la chute de cheveux vient s’ajouter celui de l’argent, note Lilia Hassaine et Evelyne Louzingou, nos jeunes consœurs lauréates. Blonds, bruns ou roux, longs ou très longs (20 cm minimum), les cheveux sont envoyés de tout le pays, et aussi de France, où aucune initiative identique n’existe à ce jour. Le parcours d’une mèche, de la coupe chez le coiffeur au tri à lassociation coupe d'éclat jusqu’à la confection de perruques donne l’occasion d’écouter le témoignage de ceux et celles qui s’y sont investis et grâce à qui le don devient objet de beauté. C’est à regarder et à écouter !

Le Prix Santé et Citoyenneté récompense chaque année des étudiants en journalisme  s’intéressant à des actions solidaires et citoyennes dans le domaine de la santé et finance la réalisation de web-documentaires dans le domaine de la santé. Il vient saluer un travail original de grande qualité. A l‘initiative des Laboratoires Novartis, les projets sont sélectionnés par un jury de journalistes de différents médias et par l’Association des journalistes médicaux de la presse grand public.

Association Coupe d'éclat ASBL Think-Pink, Sint-Pietersmolenstraat 23, 8000 Brugge, Belgique

18/06/2015

Se protéger des facteurs « exposomes »… et des musiques trop fortes !

affiche.jpgExposome : ne soyez pas surpris si vous ne connaissez pas ce nouveau mot encore peu utilisé, et qui vient d’être adopté par la législation française via la loi santé 2015. Est « exposome » tout ce qui a un impact sur notre santé en dehors des facteurs génétiques, observé sur toute la durée de vie en intégrant l’environnement ainsi que les causes psychologiques et socio-économiques. Sont concernés, suivez mon regard : l'obésité, le tabagisme, la sédentarité, le stress, la pollution atmosphérique ou la malbouffe, les perturbateurs endocriniens, les pesticides, les plastifiants… Les nuisances sonores qui attaquent nos oreilles sont aussi des exposomes.

À l'occasion de la fête de la Musique, un sondage réalisé par les JNA (Journées nationales de l'audition) indique que 50% des jeunes Français souffrent déjà d'acouphènes, ces très désagréables sifflements et bourdonnements dans l'oreille consécutifs d'une exposition à un niveau sonore excessif (dans un concert, au travail ou via un baladeur), preuve que leurs tympans sont en souffrance. À tout âge, prudence lors des prochains concerts, y compris lors de la fête de la Musique le dimanche 21 juin 2015, sortons couverts (de nos bouchons d'oreilles) et en cas de perte brutale d'audition ou de sifflements persistants, cap illico sur un médecin ORL car il faut agir dans les premières heures pour avoir une chance de rendre les dommages réversibles !

Depuis peu, des applications sonomètres à télécharger gratuitement (AppleStore, Androide) permettent de mesurer le niveau sonore ambiant. C’est le cas de Soundmeter, qui ne fait pas de publicité de marque. 

Les exposomes sont définitivement à fuir... Excepté par les amateurs de mots croisés qui y gagnent le moyen d'engranger quelques points supplémentaires !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique